On sait que les chiens sont des compagnons fabuleux, plus particulièrement chez les personnes malades, âgées ou handicapées. Dans un mois, une maison de retraite de Bretagne va accueillir dans son équipe d’aides soignants un chien d’assistance de l’association Handi’Chiens.

Nathalie Cordier et Audrey Desne © Le Télégramme

Nathalie Cordier et Audrey Desne © Le Télégramme

C’est officiel : l’Ehpad des filles du Saint-Esprit à Saint-Brieuc va accueillir un chien d’assistance.

Le chien sera offert par l’association Handi’Chiens, une association reconnue d’utilité publique française dont l’objectif vise à former gratuitement des chiens d’assistance :

Ces chiens reçoivent une éducation spécifique afin de pouvoir aider dans leur vie quotidienne leurs maîtres, lesquels se trouvent en situation de handicap mental ou physique ou psychique.

Chien d'assistance Handi'Chiens

Chien d’assistance Handi’Chiens

« Ces chiens « suivent des cours » pour apprendre à assister les handicapés mentaux et physiques dans leur vie quotidienne. Certains sont spécialisés dans l’aide aux sourds : éduqués pour réagir à certains bruits familiers à la place du maître, ils jouent un rôle d’avertisseur. Les Britanniques, en particulier, ont commencé de se spécialiser dans ces « chiens écouteurs ». Last but not least, le chien peut être aussi un « aide-thérapeute » pour les enfants autistes (en)13,14 ou schizophrènes, en leur apportant un fort soutien affectif […] En France, fin des années 80, on connaît les chiens guides d’aveugles, pas les chiens d’assistance aux infirmes. »

Chien d'assistance Handi'Chiens

Chien d’assistance Handi’Chiens

A l’Ehpad des filles du Saint-Esprit, le chien accompagnera Nathalie Cordier et Audrey Desne, les aides soignantes. Il accompagnera les deux aides-soignantes dans leur travail quotidien, pourra participer aux sorties et sera au coeur d’activités organisées pour des petits groupes.

« Il va créer un lien social entre l’équipe et les résidents, explique Nathalie Cordier au journal Le Télégramme. Il permettra de se changer les idées, ce sera une échappatoire pour les personnes vieillissantes ». « Lorsque des chiens sont venus à l’Ehpad, on a vu les sourires. Certains résidents nous racontent qu’autrefois, ils avaient un chien, ils se rappellent », ajoute Audrey Desne.

Le chien vivra par alternance chez les deux aides soignantes. Nathalie Cordier et Audrey Desne ont été spécialement formées pour s’occuper du chien.

Cet accompagnement particulier sera bénéfique : il calmera et sécurisera les personnes angoissées, incitera à la motricité et participera aux sorties du jeudi. « Un véritable projet à vivre », conclut Patrick Couratin, le directeur de l’établissement.

Crédits Photos:  Le Télégramme / Handi’Chiens