De plus en plus de gens se mobilisent pour que les animaux captifs soient interdits. Après la mort du Tigre Mévy ce week-end de nombreuses voix s’élèvent. De même que pour Maya, l’éléphante du cirque de Clermont-Ferrand, devenue le symbole de cette lutte pour la liberté.

L'éléphante Maya

L’éléphante Maya

Maya est une pauvre éléphante prisonnière du cirque de la Piste d’Or. L’organisation non gouvernementale One Voice avait demandé au Tribunal administratif de Bordeaux de la retirer du cirque et de la placer dans un centre de soins. Demande qui a été rejetée.

L’association affirme que l’animal est maltraité et en mauvaise santé, ce qu’ont contredit deux certificats vétérinaires fournis par la préfecture de Gironde, selon 20 Minutes le 23 octobre. Maya reste donc avec son cirque, originaire du Lot-et-Garonne. Cependant les vétérinaires qui ont examinés Maya ne connaissent pas les éléphants. Un éléphant n’est ni un chien ni un chat !

L'éléphante Maya

L’éléphante Maya

One Voice a enquêté et ses conclusions sont alarmantes : elle a fait venir un vétérinaire spécialiste des éléphants qui a confié n’avoir jamais vu un animal dans un si mauvais état. L’ONG craint que Maya ne passe pas l’hiver…

« Maya passe ses nuits dans un camion où elle ne peut pas se déplacer pour se réchauffer. La journée non plus, elle ne marche pas assez pour muscler son corps (les éléphants marchent des dizaines de kilomètres par jour). De plus, elle souffre de la solitude. Un éléphant est un animal très sociable. En captivité, les animaux sauvages souffrent de l’enfermement et de l’ennui. Ils sont souvent atteints du syndrome du balancement, une forme de folie. Avec Maya, c’est particulièrement le cas.  » explique One Voice à La Dépêche.

Et depuis vendredi soir, Maya a un soutient de taille : Jacques-Antoine Granjon, le PDG du site Vente-Privée.com. L’homme d’affaire est un fervent défenseur de la cause animale et Maya ne l’a pas laissé indifférent.

Il a donc placardé une affiche de 100 m2 représentant Maya sur la façade du siège de son entreprise, à Saint-Denis, révèle le Parisien vendredi 24 novembre.

Vente Privée et Maya

Vente Privée et Maya

Après l’abattage du tigre échappé d’un cirque ce week-end à Paris, les voix s’élèvent et s’indignent contre l’exploitation des animaux.

Malheureusement Maya n’est pas seule dans ce cas. Elle est devenue le symbole de ce combat pour l’interdiction des cirques avec animaux. Pour que plus aucun animal sauvage ne soit prisonnier, torturé et utilisé.

Voici la pétition pour Maya : ONE VOICE EN JUSTICE POUR LA LIBÉRATION DE L’ÉLÉPHANTE MAYA