L’Asema (Associations service enquête maltraitance) a décidé de passer à l’action mercredi dernier, informée la veille par un habitant que plusieurs lévriers (de races galgos et sloughi) d’une extrême maigreur se trouvaient sur une propriété de l’Aude.

Des lévriers affamés

Des lévriers affamés

Vingt-six chiens et six chiots faméliques, ont été découverts sur un terrain dans l’Aude, entre les communes de Fitou et Feuilla. Ils ont été pris en charge par plusieurs refuges du Sud de la France.

Les animaux, essentiellement des Lévriers espagnols et des Sloughis, erraient sur la propriété, selon les informations d’un habitant témoin de leur triste sort qui a pris soin de contacter Association Service, enquête, maltraitance animale (Asema) afin de leur venir en aide.

Certains chiens étaient si maigres qu’ils ne tenaient même pas debout.

Pour cette raison, l’Asema a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Port-Leucate pour maltraitance.

Des lévriers affamés

Des lévriers affamés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un même temps, l’Asema lance un message sur les réseaux sociaux afin d’obtenir l’aide d’associations ou de familles d’accueils en vue de préparer la saisie des animaux, dès que le feu vert du parquet serait donné.

La solidarité ne se fait pas attendre de la part de structures officielles et de particuliers de toute la France se proposant de descendre dans le Sud pour récupérer les chiens.

Les lévriers sont sauvés

Les lévriers sont sauvés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Cette affaire a ému et révolté toute la France avec plus de 4 000 vues et 500 commentaires sur notre page internet, explique Dany Goizé. Nous ne disposons d’aucune information sur les propriétaires, secret de l’enquête oblige. Toutefois, nous craignons que ces chiens aient été affamés volontairement et soient utilisés comme cobayes pour des expériences. »